Penser les droits humains du futur

À l'occasion des 100 ans de la FIDH : cycle de conférences du 20 mai au 8 décembre 2022.

“Penser les droits humains du futur”. Du 11 mai au 10 décembre 2022 la FIDH organise un cycle de conférences universitaires sur le thème : « Le droit peut-il sauver l’humanité, en protégeant le climat et en éradiquant la pauvreté ? » Nous avons réfléchi ce cycle de conférences en l’honneur du centenaire de la FIDH avec la force percutante de cette question posée par Diane Roman dans son dernier ouvrage, « La cause des droits, Écologie, progrès social et droits humains » (Dalloz, 2022). Grâce à l’analyse d'universitaires de renom, à l’expertise de la FIDH et à l’expérience des personnes qui, dans le monde, pensent, combattent et ensemble « réinventent les droits humains », nous vous invitons à suivre nos conférences en ligne ou en présentiel. Des conférences seront ajoutées en cours de cycle avec nos partenaires de Genève et de Bruxelles.

Conférences  2022
  • 30.03 17:30
    Centre Malher / Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
    Thumbnail of Droit à l’exil: pour une liberté universelle de circulation

    Droit à l’exil: pour une liberté universelle de circulation

    La libre circulation des personnes est une liberté complexe.

    Consacrée au sein des communautés nationales voire transnationales, c’est une liberté dont la reconnaissance au niveau international demeure fragmentée, limitée, contrairement à celle des biens, largement consacrée. Outre les conditions qui, classiquement, sont invoquées pour justifier les limites à l’exercice de la liberté de circulation des personnes, les transformations
    prévisibles de notre écosystème (notamment expliquées par l’urgence climatique) nous obligent à désenclaver la liberté personnelle de la souveraineté de l’Etat, à en reformuler les liens avec la souveraineté des peuples et avec les territoires, afin de penser différemment le droit à l’exil comme une liberté universelle et
    une question brûlante de justice internationale. Pour penser l’universalité de la liberté de circulation et en surmonter les entraves, nous sommes heureu.ses de réunir Danièle Lochak,
    professeure émérite des universités en droit public, spécialiste de l’exil et de l’universalité des droits humains, Alexis Deswaef, vice-président de la FIDH et avocat spécialisé en droit des étrangers, Rania Mustafa Ali, journaliste Syrienne, défenseure des droits humains et porteuse de la parole des exilé.e.s à l’ONU et Julia Montfort, journaliste, autrice d’une websérie « Carnets de solidarité » informant sur l’urgence sociale à laquelle peuvent répondre l’accueil et la solidarité.

    Evénement ayant déjà eu lieu.

    Pour en savoir plus sur le cycle de conférences universitaires.

  • 31.03 17:30
    Centre Malher / Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
    Thumbnail of Penser les droits du futur – réinventer les droits humains

    Penser les droits du futur – réinventer les droits humains

    « Le droit peut-il sauver l’humanité, en protégeant le climat et en éradiquant la pauvreté ? »

    C’est avec la force percutante de cette question posée par Diane Roman dans son dernier ouvrage (La cause des droits, Ecologie, progrès social et droits humains, Dalloz, 2022) que nous ouvrons le cycle de conférences en l’honneur du centenaire de la FIDH. Alors que, hier, l’un des premiers dirigeants de la FIDH, René Cassin, défendait la déclaration universelle des droits de l’homme comme « la plus vigoureuse, la plus nécessaire des protestations de l’humanité contre les atrocités et les oppressions dont tant de millions d’êtres humains ont été victimes à travers des siècles », l’urgence climatique, aujourd’hui, et les bouleversements des écosystèmes qu’elle implique, représentent une menace planétaire mais aussi un défi pour l’avenir de la justice et de l’universalité des droits humains. Les enjeux théoriques et pratiques de ces transformations du droit et de la pratique judiciaire seront mis en lumière par le dialogue entre l’analyse académique, l’expertise de la FIDH et l’expérience des personnes qui, dans le monde, pensent, combattent et, selon l’expression de Diane Roman, « réinventent les droits humains ».

    Evénement ayant déjà eu lieu.

    Pour en savoir plus sur le cycle de conférences universitaires.

  • 12.05 17:30
    Université Paris Saclay, Sceaux / En ligne
    Thumbnail of Climat : quel « droit à l’avenir » pour les personnes déplacées ?

    Climat : quel « droit à l’avenir » pour les personnes déplacées ?

    Inondations, montées des eaux, désertification, pollutions à grande échelle, accidents nucléaires… nombreuses sont les raisons qui peuvent contraindre des populations à se déplacer.

    Cependant, le droit international n’accorde pas aux personnes touchées par ces phénomènes le statut de réfugié. En effet, les instruments et régimes juridiques actuels ne permettent pas – ou insuffisamment – de répondre aux besoins de protection des
    « réfugiés dits climatiques ou environnementaux ».

    Comment pallier cette lacune , Quel droit à l’avenir pourrait-on reconnaître à ces populations, qui se voient privées de leur territoire et de « tout ce qui s’y attache » (accès aux ressources, identité culturelle…).

    La conférence propose de préciser les obstacles imposés par le régime actuel et de dresser les perspectives et propositions pour une évolution nécessaire du cadre juridique de l’asile, un enjeu de taille pour la protection des droits humains à l’aune, notamment, de l’urgence climatique.

    Rendez-vous le 12 mai à 17h30

    Cliquez ici pour accéder à l’événement LinkedIn

  • 20.05 17:30
    Université Paris Saclay, Sceaux / En ligne
    Thumbnail of Le futur de l’universalité des droits humains et « l’argument culturel »

    Le futur de l’universalité des droits humains et « l’argument culturel »

    Le futur de l’universalité des droits humains et « l’argument culturel » sont-ils en danger ?

    L’appartenance à une culture, à une ethnie, à une communauté est souvent invoquée comme une critique à la reconnaissance de l’universalité des droits humains. Loin de se cantonner à l’argument selon lequel l’identité culturelle serait une limite à l’universalité, nos intervenants, universitaires comme défenseurs des droits humains, pensent « l’argument culturel » comme une méthode et une condition à la reconnaissance et à la garantie de l’universalité des droits humains.

    • Céline Lageot et J.-J Sueur, Professeure de droit public à l’Université de Poitiers, CECOJI et Professeur de droit public émérite de l’Université de Toulon

    • Antoine Madelin, Directeur du plaidoyer international, FIDH

    • Alice Mogwe, Présidente de la FIDH

    • Livia Holden, Directrice de Recherche CNRS, Panthéon Sorbonne

    Rendez-vous le 20 mai à 17h30

    Cliquer ici pour accéder à l’événement LinkedIn

  • 25.05 17:30
    Université Paris Saclay, Sceaux / En ligne
    Thumbnail of L’avenir des droits économiques et sociaux

    L’avenir des droits économiques et sociaux

    L’universalité des droits économiques et sociaux serait-elle promue par une réinvention du cadre institutionnel de sa protection ?

    Spécialistes et expert.es de la protection des droits sociaux, historienne, juristes et expert.es de la FIDH dialoguent sur l’avenir des droits sociaux et sur les transformations des institutions nationales, transnationales et internationales qui l’encadrent.

    • Sandrine Kott, Professeure d’histoire contemporaine de l’Europe à l’Université de Genève

    • Cyril Cosme, Directeur de l’OIT France

    • Benoît Cosme, Maître de conférences en droit privé, Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

    • Jimena Reyes, Responsable des plaidoyers actions judiciaires pour la FIDH – Amérique Latine

    Rendez-vous le 25 mai à 17h30

    Cliquer ici pour accéder à l’événement LinkedIn

  • 27.06 17:30
    Quartier Jeunes de la ville de Paris, 4 place du Louvre, 75001 Paris / En ligne
    Thumbnail of Le droit à la sécurité a-t-il un avenir ?

    Le droit à la sécurité a-t-il un avenir ?

    Le droit à la sécurité a-t-il un avenir ? Pour un droit à la « sécurité démocratique »

    Conférence organisée par Karine Abderemane et Florence Bellivier

    Promu par les doctrines sécuritaires afin de répondre aux menaces que font peser le terrorisme et les pandémies sur les sociétés, le droit à la sécurité, qui plus est « le droit fondamental à la sécurité », serait porteur d’ambivalences en droit. Une telle approche, développée par le législateur dans l’urgence, multipliée voire répliquée et « normalisée » dans une large partie des Etats du monde entier, porterait toutefois de multiples atteintes à la structure et aux régimes de protection des droits humains. Face à cet enjeu à la fois classique et majeur du XXIe siècle, juriste, historien, expert et membre de la société civile soutenue par la FIDH s’interrogent sur l’avenir du droit à la sécurité dans les sociétés démocratiques et répondent à l’idée de défendre un droit à la « sécurité démocratique ».

    Olivier Cahn, Professeur de droit pénal à l’université de Cergy

    Hamit Borzarslan, Historien, directeur d’études à l’EHESS

    Antoine Madelin, Directeur du plaidoyer à la FIDH

    Ilya Nuzov, Responsable FIDH pour la région Europe de l’Est

    Natalia Morozova, Juriste à Memorial, Centre des droits humains (Russie), consultante à la FIDH

    En partenariat avec l’Institut d’Etudes de Droit Public (IEDP) et la Fédération internationale pour les droits humains (FIDH)

    Rendez-vous le 27 juin à 17h30

    Cliquez ici pour accéder à l’événement LinkedIn

     

  • 24.11 0:00
    Université Paris Saclay, Sceaux / En ligne
    Thumbnail of Droit aux biens essentiels – l’avenir du droit au développement et à la croissance

    Droit aux biens essentiels – l’avenir du droit au développement et à la croissance

    Distinguer l’universel et le commun. Repenser les régimes de protection des droits aux biens essentiels (biens publics, communs, service public, propriété publique…)
    L’accès aux biens essentiels a -t-il un avenir dans un contexte consacrant le droit au développement et à la croissance ? La diversité des statuts et des régimes tels que les biens publics, la propriété publique, les communs, les services publics, invite à une systématisation renouvelée des cadres juridiques de la protection de certains biens, matériels ou immatériels, services essentiels à la pleine réalisation des droits humains.

    Rendez-vous le 24 novembre à 17h30

    Cliquez ici pour accéder à l’événement LinkedIn